2021 Année Napoléon > Compagnie Jordils : L’Aiglon, d’Edmond Rostand

Dans le cadre de la commémoration de la mort de Napoléon Ier en 1821, la compagnie Jordils proposera sa version resserrée de la pièce d’Edmond Rostand, L’Aiglon.

Ces informations ont été mises à jour le 07 janvier 2021.

Pour toute information complémentaire, consulter le site de la compagnie.

Pièce de théâtre > L’Aiglon, d’Edmond Rostand
► Note d’intention de la metteuse en scène Maryse Estier :
« J’ai 29 ans et, depuis plus de 10 ans, cette pièce fait battre mon cœur, me fait rire, pleurer, puis pleurer de rire. Et plus je travaille dessus, plus je comprends que c’est parce qu’elle s’adresse précisément à la jeunesse et à la capacité de résistance qu’il y a au fond de chacun. L’Aiglon d’Edmond Rostand est résolument, pour moi, une pièce contemporaine.
Bien sûr, je suis attirée par la démesure de l’œuvre (6 actes, plus de 4 heures, plus de 50 personnages) et la surprenante richesse de sa langue qui déborde comme une poitrine opulente du corset de l’alexandrin… Bref un chef-d’œuvre caché derrière le trop grand nez de Cyrano ! Cela m’attire parce que, du haut de mes 29 ans, je rêve d’un théâtre audacieux et généreux.
Mais ce qui m’intéresse particulièrement dans L’Aiglon, c’est la tension entre un désir brûlant d’intensité et un profond questionnement identitaire, entre la volonté inflexible d’agir du personnage principal et l’imminence de sa mort. Là, se déploient, tout à la fois, le sens et la vanité, la force et la fragilité de l’existence. Et c’est précisément le paradoxe de ceux qui sont tournés vers l’avenir. Elle soulève en nous des questions qui n’ont pas de réponses évidentes. Quel est notre héritage ? Qu’en faisons-nous ? À quoi nous opposons-nous – à une autorité – à l’injustice – au silence – à l’indifférence – à nous-même dans nos propres contradictions ?
Je vous propose L’Aiglon d’Edmond Rostand dans une version adaptée pour 15 comédiens. La trame y est resserrée et s’inscrit dans un espace-temps qui évoque une réalité historique (le XVIIIe) pour découvrir, en creux, nos propres projections. L’espace scénique sera, de façon symbolique, comme la chambre noire d’un appareil photo, dans lequel l’imaginaire du spectateur pourra se projeter.
Ainsi, en montant cette pièce, mes intentions sont d’attiser l’imagination des spectateurs et de réintroduire de la complexité dans le champ de la représentation où elle fait défaut. »

Dossier de présentation et extraits vidéo de travail.

« L’Aiglon, c’est la tension entre la volonté inflexible d’agir du personnage principal et l’imminence de sa mort » : lire l’interview de Maryse Estier présentant son projet (sur napoleon.org, octobre 2018).

► Quelques dates de représentation :
– Novembre 2021, au Théâtre Montansier de Versailles
– Les 3, 4 et 5 décembre 2021 au héâtre André Malraux de Rueil-Malmaison
– Décembre 2021, au CDN de Nancy

Informations générales

Retrouvez la liste des partenaires de « 2021 Année Napoléon ».

Retrouvez le calendrier général des événements.

Retrouvez la page des Éditeurs partenaires et leurs ouvrages publiés ou réédités
à l’occasion du bicentenaire de la mort de Napoléon.

Suivez le compte Instagram des événements.

Suivez la page Facebook de la Fondation Napoléon.

Suivez le compte Twitter de la Fondation Napoléon.

Abonnez-vous à la Lettre d’information hebdomadaire et gratuite.

Présentation de la compagnie Jordils

La Cie Jordils a été fondée par la metteuse en scène Maryse Estier. Passée par le Conservatoire d’art dramatique de Genève, Maryse Estier devient assistante au Théâtre National de Nice et obtient en parallèle une licence en arts du spectacle. Reçue à l’École Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre (ENSAT) à Lyon en 2013, elle se forme à la mise en scène au contact de Guillaume Lévêque, Jean-Pierre Vincent et Alain Françon. Elle s’intéresse particulièrement à la représentation des paradoxes et travaille sur La Décision de Brecht, Iphigénie de Racine et L’Aiglon de Rostand. En 2016, elle intègre l’Académie de la Comédie-Française en qualité de metteuse en scène/dramaturge. Elle y assiste notamment Pascal Rambert, et dirige des lectures publiques de textes contemporains avec des acteurs de la troupe. Elle y obtient un MBA spécialisé « développement de projets culturels et événementiels ». En 2017, elle est collaboratrice artistique d’Alain Françon pour la création d’Un mois à la Campagne de Tourguéniev. En 2018 elle met en scène Lampedusa Beach de Lina Prosa, à la Comédie de Genève.