2021 Année Napoléon > Palais Fesch – Musée des Beaux-Arts d’Ajaccio

Dans le cadre de la commémoration de la mort de Napoléon Ier en 1821, le Palais Fesch, musée des Beaux-Arts de la ville d’Ajaccio, propose une exposition intitulée Napoléon, légendes, en partenariat avec le musée national des châteaux de Malmaison et de Bois-Préaux.

Ces informations ont été mises à jour le 10 février 2021.

Pour toute information complémentaire, consulter le site du musée.

Exposition > Napoléon, légendes
25 juin – 1er octobre 2021

Messonier Jean-Louis-Ernest, Campagne de France, Paris musée d’Orsay © RMN-Grand Palais (musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski

Présentation de l’exposition

Il existe plus d’une légende de Napoléon. La première et peut-être la plus forte d’entre elles, fut forgée de son vivant par Bonaparte, par le Premier consul et par l’Empereur. La seconde vint plus tard, après la chute de l’Empire et la mort de Napoléon à Sainte-Hélène ; elle se présenta d’emblée comme un phénomène polymorphe qui s’affirma et grandit grâce au contexte politique de la Restauration et dut en même temps une partie de son essor à l’éclosion du mouvement romantique européen. Véhiculée par l’image, les récits, le théâtre, les chansons, les objets séditieux, la légende napoléonienne fut d’abord populaire ; mais en croisant la route du Romantisme, elle s’éleva aux plus hauts sommets de la littérature et de l’art d’où elle influa sur le destin politique de la France. Elle imposa le retour à Paris des cendres du héros, puis facilita la reconquête du pouvoir par l’héritier de Bonaparte. La légende napoléonienne représenta le retour définitif de l’Empereur, que ses partisans avaient si souvent appelé de leurs vœux représenta le retour de l’Empereur par l’esprit et la pensée, si ardemment souhaité par ses partisans. En 2021, à l’heure où l’on célèbre, deux cents ans plus tard, la mort tragique de Napoléon à Sainte-Hélène, l’exposition du Palais Fesch se projette au-delà de l’événement pour raconter au public et aux lecteurs la seconde vie du premier empereur des Français.

► L’exposition est accompagnée de la publication d’un catalogue scientifique largement illustré, consacré à la figure de Napoléon au croisement des chemins de l’art, de la littérature, de la musique et du cinéma, du XIXe au XXe siècle.

Modalités de visite à venir.

Informations générales

Retrouvez la liste des partenaires de « 2021 Année Napoléon ».

Retrouvez le calendrier général des événements.

Retrouvez la page des éditeurs partenaires et leurs ouvrages publiés ou réédités à l’occasion du bicentenaire de la mort de Napoléon.

Suivez le compte Instagram des événements.

Suivez la page Facebook de la Fondation Napoléon.

Suivez le compte Twitter de la Fondation Napoléon.

Abonnez-vous à la Lettre d’information hebdomadaire et gratuite.

Présentation du Palais Fesch-Musée des Beaux-Arts d’Ajaccio

Le Palais Fesch a été construit sur ordre du cardinal Joseph Fesch, oncle maternel de Napoléon Ier. Le cardinal commence à se passionner pour l’art lors de son premier séjour en Italie. Tout au long de sa vie, il multiplie ses acquisitions lors d’expositions, de ventes publiques, auprès des artistes et des marchands d’art. Le prélat souhaite créer à Ajaccio, dans le quartier Saint-Roch en bord de mer, un grand établissement, un « Institut des Arts et des Sciences ». À sa mort, l’inventaire de la gigantesque collection conservée jusqu’alors dans les palais romains du cardinal est composé de 17 767 objets d’art dont environ 16 000 tableaux, c’est-à-dire plus que n’en possède aucun musée de peintures de l’époque. Joseph Fesch est certainement l’un des plus grands collectionneurs de son temps. Ce grand amateur d’art lègue à sa ville natale près de mille tableaux, des meubles, et des ornements liturgiques.

Le palais, commencé en 1828, n’est achevé que sous le Second Empire. Commandée par la municipalité qui souhaite rendre hommage au bienfaiteur d’Ajaccio, la statue du cardinal Fesch, située au centre de la cour, est exécutée par le sculpteur parisien Vital-Gabriel Dubray. L’existence du musée Fesch remonte à la fin des années 1850. Au cours des ans, des donations et des legs, parmi lesquels celui de Félix Baciocchi en1866, sont venus s’ajouter à celui du cardinal.Le musée d’Ajaccio conserve l’une des plus importantes collection de peintres italiens de France. Trois fonds majeurs se détachent plus particulièrement du panorama de la peinture italienne du Trecento au Settecento : les Primitifs italiens, la peinture baroque romaine, la peinture baroque napolitaine.

En savoir + sur le musée et ses activités