Un message de Victor-André Masséna, prince d’Essling, président de la Fondation Napoléon [De l’incendie de Notre-Dame, des souscriptions et du Tombeau de l’Empereur]

Vue de la façade principale de l’Église de Notre-Dame et du Portique
qui la décorait le jour de la Cérémonie du Couronnement, par P.-Fr. Fontaine © Fondation Napoléon

 

Cet éditorial est paru dans la Lettre d’information de napoleon.org n° 933 datée du 19 avril 2019.

 

Madame, Mademoiselle, Monsieur,

Cher(e) Amie(e)

Nous avons tous été bouleversés par l’incendie de Notre-Dame, lieu de culte catholique mais aussi symbole national, patrimoine de la France et du Monde. La Fondation Napoléon s’associera évidemment, le moment venu et avec ses moyens, à l’œuvre de restauration et de reconstruction. Cette contribution s’impose, bien sûr, mais pas seulement parce que la Cathédrale est liée aux grandes heures du Premier et du Second Empire, notamment avec le Te Deum du 18 avril 1802 pour célébrer la signature du Concordat et de la paix d’Amiens, le Sacre et le Couronnement de Napoléon Ier, les cérémonies de remise au Chapitre des drapeaux pris à l’ennemi, le baptême du roi de Rome et, plus tard, le mariage de Napoléon III et le baptême du Prince impérial.

Dès à présent, on peut penser et se réjouir -s’il y a quelque chose de réjouissant dans ce malheur- que les premières tranches de travaux pourront être financées par le remarquable élan de générosité qui s’est manifesté dès le premier instant. Plus d’un milliard d’euros va être rapidement disponible.

Notre patrimoine historique mérite cela, à Notre-Dame, mais aussi ailleurs, et je dirais qu’il ne faut pas que naisse une « concurrence » entre les besoins.

Or, un besoin ô combien napoléonien va s’exprimer dans quelques jours. La Fondation Napoléon et le Musée de l’Armée ont en effet prévu de faire appel à votre générosité, qui s’est déjà manifestée avec succès en tant d’autres occasions. Il s’agit cette fois de financer la restauration du Tombeau de l’Empereur, des autres tombeaux napoléoniens et de la Chapelle Napoléon de l’Hôtel national des Invalides, afin que tout soit prêt pour 2021, dans des conditions qui vous seront précisées dans votre Lettre hebdomadaire du 3 mai prochain.

Notre premier réflexe a été, au lendemain de l’incendie de Notre-Dame, de reporter l’annonce de cette souscription. Nous avons finalement décidé d’en maintenir le calendrier lorsqu’ont été révélées des promesses de dons dépassant aujourd’hui le milliard d’euros. Avec une telle somme, qui sera encore abondée n’en doutons pas, les premiers travaux sont assurés et nous ne pensons pas devoir ajourner notre propre opération. Loin de nous l’idée d’entrer en quelque rivalité que ce soit avec le « projet Notre-Dame », mais nous pensons que, pour la cathédrale, de nombreuses années de souscriptions sont encore devant nous, alors que les restaurations des Invalides doivent être achevées pour l’année du bicentenaire suprême, celui de la mort de l’Empereur.

Au demeurant, ces efforts pour le patrimoine se complètent puisqu’il s’agit de deux lieux emblématiques de notre histoire et de notre mémoire. Enfin, les besoins qui seront exprimés pour les Invalides (environ 800 000 euros) seront faibles à côté de ce qui sera in fine nécessaire pour Notre-Dame.

Je vous remercie de l’attention que vous porterez à ce message et vous donne rendez-vous le 3 mai prochain pour le dossier complet de l’opération de « Restauration du Tombeau de l’Empereur et des monuments napoléoniens de l’Hôtel national des Invalides ».

Avec mes meilleurs sentiments,

Victor-André Masséna, prince d’Essling

Président de la Fondation Napoléon

 

19 avril 2019 > cet éditorial est paru dans la Lettre d’information de napoleon.org n° 933 datée du 19 avril 2019.